Présentation

Le mot du proviseur

De nouveaux défis au 21ème siècle pour le lycée Freyssinet

Dans la seconde moitié du 20ème siècle, le lycée du Vau Meno, devenu lycée Freyssinet, a été une référence dans le monde du Bâtiment Travaux Publics et de ses évolutions technologiques.

En 2018, le lycée est un lycée polyvalent qui accueillera environ 1 350 élèves et étudiants, à la rentrée de septembre. Cette mixité des publics et des formations constitue une grande richesse de talents et de compétences.

Si l’identité BTP du lycée reste très présente, elle s’enrichit désormais de la problématique transversale du développement durable. Du travail en sciences économiques sur le gaspillage alimentaire, en passant par les projets des sections de STI 2 D, l’ensemble des fi lières, du lycée général et du lycée des métiers Bâtiment et Travaux Publics, est sensibilisé à ces questions. Cet engagement a été reconnu par le label Qualycée en 2017.

Le monde du BTP est particulièrement concerné par les économies d’énergie et l’empreinte carbone. Chaque nouvelle norme (RT2020) demande déjà, la mise en œuvre de compétences de plus en plus élevées. Avec la modélisation numérique des données du bâtiment (BIM), il va une nouvelle fois repenser ses démarches et former ses acteurs aux nouveaux procédés.

Disposant d’équipes motivées et compétentes, de locaux modernes et fonctionnels, le lycée Freyssinet entend rester un acteur majeur de l’accompagnement des entreprises dans ces évolutions technologiques. Avec le GRETA des Côtes d’Armor, il se prépare à assurer également des
formations d’adultes sur ces sujets.

La préparation de nos jeunes à la mobilité internationale devient aussi, un objectif prioritaire. Concrètement cela passe par un renforcement de l’enseignement des langues notamment en développant leur usage dans différentes disciplines et en construisant des échanges en Europe et dans le monde (Québec,..).

Développer des parcours ambitieux pour tous les élèves et étudiants, conforter la bonne réussite aux examens, préparer une insertion dans le monde professionnel ou dans les études supérieures, sont les objectifs constants des équipes du lycée Freyssinet. Elles peuvent s’appuyer sur un réseau d’entreprises et d’anciens élèves, dynamique et fidèle. C’est cet établissement rénové, actif, riche en projets, performant et ouvert à l’international comme sur le monde professionnel que nous vous invitons à découvrir dans cette plaquette.

Pascal CARO
Proviseur

5 ambitions pour le lycée Freyssinet

Faire vivre un projet d’établissement centré sur une exigence pédagogique et éducative, l’Éducation au Développement Durable, l’innovation technologique et numérique.

Conforter les bons résultats aux examens et l’excellente insertion professionnelle des élèves et étudiants des formations du lycée des métiers du BTP.

Proposer des parcours riches et variés jusqu’à la licence (BAC-BTS-Licence) dans le cadre d’un lycée polyvalent.

Enrichir les parcours par une Ouverture Culturelle et Internationale dynamique.

Offrir un cadre de vie agréable, une restauration et un accueil de qualité.

Bibliographie
  • Eugène Freyssinet 1879-1962 « une révolution dans l’art de construire » Presse de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 2004.
  • Eugène Freyssinet de José A. Fernandez Ordonez, 1979.
  • Eugène Freyssinet 1879-1962 : sa vie, ses œuvres.
  • Commémoration Eugène Freyssinet 1963 Chambre syndicale nationale des constructeurs en ciment armé et béton précontraint.
Quelques ouvrages
  • Pont de Plougastel (1930)
  • Gare maritime du Havre (1934)
  • Pont de Veurdre (1912)
  • Pont de Villeneuve s/ Lot (1919)
  • Hangars d’Orly (1923)
  • Pont de Tonneins s/ Garonne (1922)
  • Pont de Boutiron (1913)
  • Pont de Caracas (1953)

Eugène Freyssinet

1879-1962

« Je suis né constructeur. Imposer à la matière des formes nées de mon imagination est pour moi à la fois un besoin impérieux et une source de joies inépuisables. »

Né à Objat en Corrèze le 13 juillet 1879, Eugène Freyssinet fit sa scolarité à Paris. De 1899 à 1905, fut élève de l’École Polytechnique puis de l’École Nationale des Ponts et Chaussées. Ingénieur des Ponts et Chaussées de 1905 à 1914, il démontre que le béton peut avantageusement se substituer au métal pour réaliser des ponts.

Directeur technique et associé des entreprises limousin de 1916 à 1928, il va chercher et réussir à repousser les limites de l’utilisation du béton en réalisant de grands ponts et divers autres ouvrages. En 1928, Eugène Freyssinet a acquis une connaissance suffisamment approfondie du comportement du béton dans le temps pour oser transformer le matériau en inventant le béton précontraint. Il dépose le brevet de base sur le béton précontraint.

De 1929 à 1933, industriel, Eugène Freyssinet se lance dans la fabrication de poteaux en béton précontraint mais à cause de la crise des années trente, cette réussite technique ne le fut pas sur le plan commercial.

À partir de 1934, il travailla en collaboration avec les entreprises Campenon Bernard. En 1943, il crée la société technique pour l’utilisation de la précontrainte (STUP) et édifie de nombreux ponts. Eugène Freyssinet s’est éteint le 8 juin 1962 à Saint-Martin Vésubie (Alpes maritimes).

Le lycée Freyssinet est labellisé

Connaître le label :

Le label « lycée des métiers » est délivré par le recteur d’académie à un établissement d’enseignement professionnel ou polyvalent, pour une durée de 5 ans.

Il permet :

  • de rendre visible l’offre de formation professionnelle pour les usagers et les partenaires de l’école
  • d’encourager les démarches d’amélioration continue
  • de reconnaître et valoriser une dynamique particulière déployée par l’établissement

Afin de valoriser les filières professionnelles et technologiques et pérenniser les équipements professionnels dans les établissements scolaires, la Région Bretagne a mis en place une action démarche « Qualycée » qui répond à trois objectifs :

  • le premier, éducatif, consiste à permettre la diffusion de la culture du développement durable dans les lycées.
  • le deuxième, pédagogique consiste à permettre la diffusion des bonnes pratiques de démarche qualité dans les ateliers professionnels (sécurité, hygiène, qualité sanitaire…).
  • le troisième, économique, permet d’optimiser les structures existantes (matériels et bâtiments).